[ Une ronde qui vous veut du bien ]

 « La sleeve consiste à sectionner l'estomac sur toute sa hauteur de manière à le transformer en un tube, ce qui diminue la capacité alimentaire du patient. » (Cf article sur le journal de la femme, dont voici le lien pour connaître la différence entre SLEEVE, By Pass et anneau gastrique : http://sante.journaldesfemmes.com/nutrition-digestion/obesite-sleeve-bypass-anneau-gastrique/by-pass-ou-sleeve.shtml)

 Voici une petite interview de Gaëlle, jeune maman de 26 ans qui a fait une SLEEVE il y a quelques années :

Quand as-tu fais ta SLEEVE ?

Je me suis fait opérer le 5 octobre 2012, dans une clinique privée sur Paris.

 

Quel était ton poids avant la SLEEVE ?

Avant ma SLEEVE, j’ai atteint jusqu’à 125 kilos !

Pourquoi as-tu décidé de faire cette opération ?

J’ai décidé de me faire opérer parce que mon poids devenait un handicap dans la vie de tous les jours. Je n’ai jamais eu honte de mes rondeurs. Au contraire ! J’ai même participé à une élection de filles rondes, j’ai fait quelques shootings photos etc.

Mais quand monter un étage à pieds, parler au téléphone en marchant vous déclenche une crise d’asthme et que vous avez extrêmement mal aux genoux,  il faut savoir se remettre en question ;)

 

Comment c'est passé l'après opération, effet secondaires...?

Rien qu’à l’hôpital, juste après l’opération, ça a été un peu compliqué.  C’est une intervention très importante qui nécessite souvent plusieurs heures d’anesthésie. Il faut déjà se remettre de ça. Et puis il faut être conscient que pendant plusieurs jours, on reste allongée dans un lit, branché de partout (sonde urinaire, perfusion, masque à oxygène parfois, sonde nasale …). Ce n’est qu’au bout de quatre jours qu’on vous enlève tout ça et que vous êtes autorisée à marcher ou boire de l’eau. Vient ensuite le premier bouillon avec la première biscotte. A ce moment là on se dit « non mais j’ai faim ! Ils ne sont pas sérieux de ne donner que ça ! » Bah en fait si ! Impossible d’avaler la biscotte entière !

 

Ensuite, il faut réapprendre à son estomac à se réalimenter, en ne mangeant que des purées et viandes entièrement mixés. Et ce n’est pas toujours facile à gérer au début. Mais on s’y habitue.
Pour ce qui est de la vie sociale, les amis et la famille comprennent qu’on ne puisse plus manger ou boire comme avant et s’accommodent de cette nouvelle situation.
Le plus embêtant, physiquement, c’est lorsqu’on a fini de perdre le poids voulu (très rapidement), et qu’on se regarde dans un miroir. Vous connaissez les tabliers ?
Les peaux sont quelque chose qu’il faut se préparer à avoir. Car le changement d’image est brutal et les peaux nombreuses. (C'est-à-dire que la peau se détend énormément et devient flasque).
Après, tous les corps ne réagissent pas pareil. Pour ma part, il a fallu que je repasse sur le billard en juillet 2014, pour me faire enlever la vésicule biliaire et c’est fréquent pour les gens qui ont subi une SLEEVE, mais ce n’est pas une étape obligatoire. Pour des informations plus précises, n’hésitez pas à en parler en à un chirurgien viscéral, il sera plus à même que moi de vous expliquer ce qu’il se passe dans le corps à ce moment là.

 
Combien de poids as-tu perdu ?

J’ai perdu un peu plus de 50 kilos. Aujourd’hui je mesure 1m71 pour environ 72-73 kilos (ça dépend des périodes).

 

Comment s'est passé ta grossesse, ya t'il eut des répercussions due a ta SLEEVE ?

Oui, il y en a eu quelques unes.
Même si je suis tombée enceinte en décembre 2014, soit plus de 3 ans après mon opération, je ne mangeais pas encore les quantités d’une femme « normale ». (J’entends par normale non opérée d’une SLEEVE ou d’une autre opération visant à réduire les quantités ingurgitées).Donc il a fallu que je fasse des collations plus importantes pour être sûre d’avoir assez de nutriments et d’énergie pour deux =).
Ensuite, au début de mon troisième trimestre, on m’a découvert un léger diabète gestationnel. Donc il a fallu que je fasse très attention aux sucres que je mangeais. C’est un peu contraignant. Tous les spécialistes, dont la diabétologue, sont d’accord pour dire que ce diabète gestationnel était dû à mon opération.

 

Si c'était à refaire ?

Je le referai ! Je n’ai pas fait cette opération par commodité. Si je me suis lancée dans cette aventure qui comprends des avantages, comme des inconvénients et qui n’est pas sans conséquences, c’est parce que je n’ai jamais réussi à perdre du poids par moi-même. J’ai fait tous les régimes possibles et imaginables (les « Weight Watchers », en passant par les « Dukan » et les sachets hyper-protéinés). J’ai même été suivie par plusieurs nutritionnistes ou diététiciens
Mon corps ne voulait pas maigrir, pour 2 raisons : je n’avais pas la sensation de satiété pour commencer. Donc même sans grignoter entre les repas, je mangeais tellement à table que je ne faisais que des restaurants « à volonté » et que ma mère me préparait des repas pour deux ou trois !
La seconde raison c’est que c’est aussi une question de métabolisme. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai été suivie toute petite par un nutritionniste à l’hôpital Robert Debré à Paris (hôpital pour les enfants). Il n’a jamais réussi à me faire maigrir. Et pourtant, l’aliment le plus gras que j’avais dans mon alimentation était un pain au lait par jour au goûter.
C’est pour tout cela que j’ai fait ma SLEEVE. Je ne pouvais pas me sortir seule de ce surpoids.

 

Tu as rencontré ton homme avant ta SLEEVE, comment a t-il vécu ta perte de poids ? Est-il satisfait ?

En fait, mon homme je l’ai réellement connu au lycée. Nous étions dans la même classe de terminale. A cette époque là, je pesais déjà une centaine de kilos. Donc il ne m’a pas connu à mon poids maximum. Après le bac, on ne s’est plus revu. Et puis un jour, il m’a retrouvé sur Facebook. C’était en mars 2013, soit cinq mois après mon opération. J’avais déjà perdu une trentaine de kilo. Donc j’étais à peu près redevenue celle qu’il avait connu 6 ans auparavant. Et puis j’ai continué de perdre mes 20 kilos restant.
J’ai l’immense chance d’avoir un homme qui m’a toujours acceptée. Quelque soit mon poids, ma couleur de cheveux ou mon humeur ! Il a toujours accepté mon excédent de peau (qu’il a vu s’agrandir pendant les premiers mois de notre relation). Il me trouve belle « quoi qu’il arrive ». Et c’est le compliment le plus touchant qu’il puisse me faire. Je me souviens de nos premiers repas et diners ensemble. Il riait (jaune) de voir les quantités que je mangeais et l’addition qui, elle, était pleine !

 

Te sens-tu mieux dans ta peau aujourd'hui et conseillerais-tu cette intervention ?

Oui, vu les résultats, je conseille cette intervention.
Mais attention, ce n’est pas une opération à prendre à la légère ! Il faut un bon suivi psychologique et nutritionnel derrière. Car les changements physiques ne sont pas forcément faciles à accepter, et parce que si on recommence à « mal manger », on peut reprendre du poids, ou on peut se retrouver à se faire enlever (comme moi) la vésicule biliaire. Il faut quand même se rendre compte qu’un estomac c’est élastique, et plus on mange, plus on le détend. Quant à la « mal-bouffe », c’est quand même tentant de se dire « puisque je mange beaucoup moins, je peux m’autoriser plus d’écarts ou plus de petits plaisirs ». Il faut savoir se contrôler et ne pas gâcher tous les efforts fournis =)

 

Je remercie mon amie Gaëlle pour ce témoignage qui j’espère apportera des réponses à vos questions les filles, sur cette intervention. Si vous avez d’autres questions, posez les dans les commentaires, je demanderais à Gaëlle d’y répondre. ^_^
Voici quelques photos du AVANT/APRES (incroyable ce changement) :

0
0
0
s2sdefault
Comment (42) Hits: 8059

Marre d’avoir des migraines ou des maux de tête ? Marre d’avaler la boîte de Doliprane et que ça ne passe pas ? Marre de rester clouée au lit par un super mal de crâne ?

 

J’ai la solution miracle pour vous ? En tout cas sur moi ça marche plutôt pas mal :

Le roll on spécial « maux de tête » :

 

 

Je n’ai que rarement mal à la tête, enfin si pendant cette magnifique période qu’on adore toutes.

Mais si, vous savez la période qui arrive en fin de pilule, et vous chamboule bien comme il faut. Celle qui vous fait sortir de vos gonds juste parce qu’on ne vous a pas laissé votre priorité à droite, ou parce que cette bombasse de collègue ne vous a pas salué à la machine à café (bitch !). Celle qui vous donne un mal de bide, comme si vous aviez une gastro par mois. Celle qui vous fait dépenser une fortune en serviettes et tampons hygiéniques (ils les font en or ou quoi ?). Celle qui, en général, te procure abstinence pendant une semaine (pfff ça c’est le pompon).

 

Bref, tout ça pour dire que je ne peux malheureusement prendre que du Doliprane en cas de forte douleur (les anti inflammatoires me rendant malade) et malgré la prise de deux Doliprane, à 4 heures d’intervalle comme il le faut, et bien la douleur persiste.

 

J’ai alors tenté le masque que vous mettez au frigo, qui vous fait ressembler à une super héroïne sur le retour, ou qui aurait pris cher. Bien sur, à part me donner froid en hiver c’est tout ce que cela m’a fait comme effet.

 

 

Du coup je me suis tournée vers les huiles essentielles. J’ai donc tenté le roll on spécial « maux de tête ». Et bien cela a eu un effet plutôt magique sur moi. Voici ma façon de l’utiliser :

Il faut secouer le roll on dans un premier temps. Ensuite, je l’applique sur les tempes en massant légèrement et je passe au milieu du front.

Cela fait un effet rafraîchissant instantané et calme le mal de tête par la suite, va savoir comment. Je ne dis pas que vous n’aurez plus mal et que vous serez « pump it up » de suite, mais moi ça me soulage pas mal. De plus appliquez-le avant dodo, cela vous apaise également.

 

Si cela vous a convaincu et que vous allez le tester n’hésitez pas à me donner vos impressions en commentaires.

Bisous

0
0
0
s2sdefault
Comment (33) Hits: 2251

 Coucou vous,

Vous avez déjà participé à des réunions sextoys entres copines (ou potes)?

Je vous entends déjà me dire : « Mais ça va pas ! », « Mais moi de mon vivant, jamais je n’utiliserai ce genre de choses ! », « Je n’ai pas besoin de ça dans mes relations intimes ! ». STOP les girls !

Arrêtez de psychoter, le sextoys ce n’est pas juste un gros Gode dégueulasse qui fait peur à tous les vagins du monde ! Y’a plein d’autres choses à découvrir avec son partenaire, comme sensations, comme délires, comme jeux…Moi, tout ça je l’ai découvert lors d’une soirée sextoys. Je vais d’ailleurs vous raconter ma première « réunion sextoys » avec mes copines invitées pour l’occasion.

 

J’ai d’abord rencontré une charmante jeune fille, lorsque je fréquentais le « milieu latino » et oui je teste tout moi, même pas peur ;-). Cette jeune femme très sympa, s’est avérée être une représentante de la marque Soft Paris, une marque française de sextoys. Passé l’effet de surprise, elle me propose d’organiser une soirée sextoys chez moi, si j’arrive à réunir une dizaine de copines. Elle me dit également qu’en tant qu’hôtesse de la soirée, j’aurai des cadeaux, selon le chiffre d’affaire qu’elle réalisera.

Alors moi, ben j’ai dit BANCO ! Trop envie de découvrir ce genre de « soirées » (tu viens plus en soirée là ?). ;-)

Ni une, ni deux, je prends mon bloc notes et fais la liste des nanas qui pourraient s’amuser lors de cette soirée. Pas forcément que des nanas super open sur le sujet, mais un peu de tout, mélange des genres, on va se marrer MOuaaaaaa(rire diabolique).

Etrangement je n’ai que des réponses positives, hein hein, le sexe attise la curiosité, même des plus réfractaires et prudes, cool.

 

C’est le jour J, un vendredi soir, comme ça on n’a pas l’angoisse du réveille-matin le lendemain.

Chacune arrive armée d’un petit quelque chose à manger et à boire (elles sont parfaites mes copines, cœurs sur elles).

Ma copine représentante, qui s’appelle Camille, arrive également avec sa valisette à surprises.

J’ai la chance d’avoir un grand salon, du coup, nous nous installons toutes autour de ma table basse. Camille installe son « matos » sur ma table à manger. Elle prend bien soin de mettre un tissu de satin rose en base et pose, de façon réfléchie, ses articles dessus (vive le marketing).

Elle nous donne à chacune un flyer avec le détail des produits et nous propose de mettre des annotations sur les produits qui nous tentent (non mais ils ont pensé à tout !).

Camille nous annonce le déroulement de la soirée :

Une première partie dédiée aux sous vêtements (ah bon y’en a ? cool)

Une deuxième partie sur les « comestibles » (humm j’ai faim moi en plus)

Et une troisième et dernière partie sur les jouets, dit BOB par Camille, qui préfère les appeler comme ça que gode ou autres (marketing againnnnn).

Camille commence donc par nous montrer sa belle lingerie et il y’a de tout. Des nuisettes, des costumes coquins, des sous vêtements, et ce en petite ou grande taille. Avec beaucoup de culot, elle nous propose à chacune d’enfiler une tenue qu’elle nous tend. L’alcool aidant, chacune, par petit groupe, s’expatrie dans la chambre et la salle de bain, ou reste dans le salon. Et alors là, chacune revient dans le salon vêtue de sa tenue, les fous rires et les photos dossiers commencent à pleuvoir.  Bien évidemment chacune gardera bien précieusement les photos de cette soirée sous peine d’être tuée par les autres !

Camille, en bonne ambassadrice, nous recentre sur la réunion. Elle détaille chaque tenue en nous faisant faire le mannequin d’un soir (barres de rires, bien évidemment). N’empêche qu’on se marre bien, mais on découvre des pièces très jolies et surtout super sexy qui sont assez attrayantes.

 

C’est le tour « des comestibles ».

Camille nous montres des feutres pour marquer le corps de votre partenaire, sauf que l’encre est comestible (grrr j’ai comme l’envie de faire des graffitis moi…).


 Il y a une bougie à la vanille dont la cire se transforme en huile de massage une fois chaude, à déposer sur son partenaire. Ouais, j’avoue avoir pris un peu peur sur ça en me disant : euh c’est quoi le délire ? Je ne suis ni sado ni maso, pas envie de me faire brûler au douzième degré. Bien sûr, Camille nous fait tester les produits et du coup, ben c’est plutôt agréable comme sensation.

Il y a, bien sûr, pléthore (oui j’utilise des mots de vieille, mais JE SUIS vieille !). Il y a donc pléthore (PROUT !), de lubrifiants :

-Goût grenadine, avec silicone ou sans, aux fruits de la passion… (vas-y Francky c’est bon, oups je m’égare).

Et alors, là, elle nous parle d’un gel intime appelé « Indécente ». C’est un gel stimulant clitoridien qui est aussi comestible. Nous la regardons avec des yeux ronds, en se disant « mais c’est quoi donc ? ». Et vive le marketing encore, elle nous sort un échantillon et nous propose d’aller tour à tour s’en déposer un peu, aux toilettes, sur nos parties intimes, pour ressentir les premiers effets. Et c’est reparti pour les fous rires, car chacune y est allée de son petit commentaire, souvent très drôle. N’empêche qu’il me semble qu’à part moi (oui je n’ai pas trop kiffé), ben chacune est repartie avec cet article.

Viennent ensuite les huiles de massages de différents parfums. Et, enfin, une poudre pailletée à déposer avec une houppette sur son partenaire et qui a le goût de bonbons. Moi j’ai adoré le packaging, je crois que je ne l’ai achetée que pour ça car jamais utilisée. J’attends le bon mec, mais ce sera périmé d’ici là, je pense ;-).

Camille passe rapidement, sur les kits des voyages et autres jeux coquins pour arriver au sujet tabous : les BOBs ! TIN TIN TIN ! (attention les prochaines lignes sont interdites au moins de 18 ans, aller file dans ta chambre non mais !)

Ben ça fait pas si peur que ça ;-). Il y a beaucoup de jouets vibrants qui ont des formes mignonnes et pas aussi agressives qu’on l’imagine. Il y a donc :

  • des vibromasseurs là pour stimuler votre clitoris,
  • des anneaux vibrant pour stimuler aussi votre clitoris quand il y a pénétration avec votre boy,
  • des œufs vibrants qui sont là pour être introduits dans le vagin et même certain avec une télécommande que votre mec peut activer (lol),
  • des jouets pour hommes, dont des œufs masturbateurs (ça ressemble à un œuf en silicone mais l’intérieur simule un vagin),
  • et enfin des plugs annaux, et autre Godes euh Bob non vibrants.

 
Voilà vous savez tout !

Baignées dans le marketing, Camille nous dit qu’elle va se mettre dans ma chambre et nous irons une par une la rejoindre (mais non, pas pour ce que vous croyez bande de pervers), mais pour passer commande tranquillement.

A la fin, elle me convoque moi, je passe ma commande et oh surprise, mes copines se sont lâchées, j’ai un avoir de 100€ (ma commission d’hôtesse) sur le catalogue youhou, j’ai plus qu’à trouver un mec moi… ;-)

Je vous recommande chaudement ce type de soirées avec vos copines, c’est un moment inoubliable, que l’on aime se rappeler avec mes amies.

Pour avoir une représentante de cette marque « Soft Paris », allez sur le site www.softparis.com

Amusez-vous bien les girls ;-)

0
0
0
s2sdefault
Comment (16) Hits: 2107